10 conseils pour sa campagne
Crowdfunding, 10 Conseils pour Reussir votre Campagne
10 février 2015
Crowdfunding, cible, objectif bolden
Crowdfunding: quelle cible, quels objectifs ?
3 mars 2015
crowdfunding parlons des risques

Pour le porteur de projet comme pour celui qui donne de l’argent, le crowdfunding peut être risqué. Il n’est jamais anodin de prêter, donner, investir ou le recevoir de l’argent de la foule.

Si le risque existe, il ne s’agit pas d’en faire un obstacle. En être conscient est déjà la première manière de l’éviter.

Selon le type de crowdfunding, les plateformes doivent se soumettre à la législation en vigueur depuis le 1er octobre 2014. En effet, le décret relatif au financement participatif est rentré en application à partir de ce jour et prévoit des contrôles, et une réglementation particulière pour chacun.

Recevez la newsletter #Fintech, #Finance et #PME !

Le crowdfunding est réglementé

label-crowdfunding
La réglementation dépend du type de crowdfunding choisi (Equity / Actions, Pret ou Don).

Réglementation Equity Crowdfunding

Il faut obligatoirement s’enregistrer auprès de l’ORIAS, Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance, et c’est l’AMF, Autorité des Marchés Financiers, qui réglemente et contrôle les plateformes.

Celles-ci ont le statut de Conseillers en Investissement Financier (CIF) ou Prestataire en Service d’Investissement (PSI).

Réglementation Crowdfunding Prêt

Il faut également obligatoirement s’enregistrer auprès de l’ORIAS, et c’est l’ACPR, Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution qui réglemente et contrôle les plateformes.

Celles-ci ont le statut d’Intermédiaire en financement Participatif (IFP).

Réglementation Crowdfunding Don

La plateforme n’a pas l’obligation de s’immatriculer auprès de l’ORIAS, ni d’obtenir le statut d’IFP. Elle peut quand même le demander et jouir du label “Plateforme de crowdfunding régulé par les autorités françaises”.

Les risques liés au crowdfunding

Coté financeur, le risque est simple:

les risques du crowdfunding

  • Lorsque l’on prête son argent, le risque est de ne pas être remboursé.
  • Lorsque l’on achète des titres, le risque est qu’ils perdent toute leur valeur, ou de ne pas pouvoir les revendre 
  • Lorsque l’on fait un don, le risque est de ne pas recevoir le cadeau prévu

Côté porteurs de projet, le risque est de ne pas pouvoir honorer les engagements énoncés dans la campagne (récompenser, rembourser…) et ainsi décevoir sa communauté, ses clients et ses amis.

Prenez en main votre Économie !
Sur Bolden, prêtez à une PME française, contre intérêts.

Quelles probabilités de risques pour le Crowdfunding ?

En France, il est encore trop tôt pour le dire, on observe des taux de risque différents selon les plateformes et leur domaine de prédilection (don, prêt, equity).

Pour ce qui est du prêt aux PME ou crowdlending, le risque est modéré. Selon la Banque de France, le taux de défaillance moyen des PME françaises s’élevait à 1,3% en 2014. Nous observons sur les plateformes déjà en ligne des taux de 1% à 2%. Il convient donc de diversifier ses placements pour réduire l’impact des mauvaises surprises.
les risques du crowdfunding

Le financement par prise de participation ou equity crowdfunding, quant à lui, est beaucoup plus risqué. L’international Organisation of securities commissions estime à environ 50% le taux de défaillance de cette forme d’investissement. Si vous optez pour ce type d’investissement, il est donc crucial de bien choisir les projets et de diversifier.

Le don n’a, par définition, aucun taux de défaillance car les donateurs n’attendent pas de contrepartie financière. Néanmoins on observe un taux d’échec des campagnes d’environ 40%, et comme Kickstarter l’explique sur son site, rien ne peut obliger les projets financés à envoyer leurs contreparties aux donateurs.

En France plus de 40 000 projets ont été financés par l’intermédiaire du Crowdfunding, la plupart par le biais du don. Avec la nouvelle réglementation, le crowdlending et l’equity vont devenir de nouveaux leviers de financement pour les PME et permettront d’augmenter les rendements financiers des particuliers de manière utile pour l’économie réelle.

[poll id= »6″]

5 Comments

  1. […] Le risque zéro n’existe pas. Lorsque l’on investit, on s’expose forcément à des risques. Selon la banque de France , le taux de défaillance moyen des PME françaises s’élevait à 1,3% en 2014. […]

  2. […] préciser que cibler un rendement précis sur une durée n’est pas possible, dans la mesure où il existe un facteur risque, même réduit, de défaut de remboursement de la part du porteur de […]

  3. […] précis pourra être un critère de choix. La rentabilité potentielle également, sachant que le taux est, comme vu précédemment, en corrélation avec la prise de risque. Il est d’ailleurs conseillé, à l’instar d’un placement en bourse, de diversifier son […]

  4. […] sont bien évidemment plus élevés que dans le système bancaire, c’est la rémunération du risque pris par les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *