France Barter : une nouvelle solution de financement de trésorerie pour entreprises

L’année 2016 sera une année de transition économique. On le voit à la volatilité des marchés financiers, fragilisés par la tension du modèle économique chinois et la baisse des prix du pétrole, poussant les entreprises à la prudence. On peut aussi le percevoir d’autre part avec l’émergence en France d’un tissu de startups disruptant les unes après les autres des pans entiers de l’économie, remettant en cause les modèles économiques anciens. Les TPE et PME françaises seront touchées par ces phénomènes nouveaux qui peuvent transformer le rapport à la gestion classique des entreprises et leur impose d’être agiles et innovantes.

Par ailleurs, certains rapports publiés en 2015 expliquent que les entreprises françaises sont sous financées en comparaison à leurs voisines anglaises ou allemandes et souvent en manque de trésorerie. Ainsi dans ce contexte incertain elles font preuve d’immobilisme. Heureusement certaines solutions existent…

comment-lire-et-interpreter-un-bilan-comptable

Une problématique récurrente pour les entreprises : la gestion du bas de bilan

Les chefs d’entreprises sont habitués à ces trois mots qui sont à la base de la gestion quotidienne d’une entreprise. La gestion du bas de bilan, qui peut se résumer à la gestion de la trésorerie de l’entreprise, est devenue ces dernières années un facteur clé pour la solvabilité des entreprises. Dans un contexte économique incertain caractérisé par moins de visibilité sur leur développement du Chiffre d’Affaires et une stratégie de développement plus hasardeuse, la trésorerie est d’autant plus clef et la bonne gestion de celle-ci s’impose.

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) est l’indice primordial sur lequel les chefs d’entreprises et les comptables fixent leur analyse financière et donc par la suite dirigent les choix de dépenses à court terme. Nous ne reviendrons pas ici sur les méthodes de calcul de ce BFR qui font débat, mais plutôt sur les moyens de l’améliorer. Deux solutions connues sont prioritaires pour dégager des ressources à court terme et financer ses besoins : réduire le volume de ses stocks et diminuer les délais de paiement de ses clients.

Certains nouveaux acteurs web s’attachent à chercher des solutions pour améliorer la trésorerie des TPE et PME, mission difficile portée par des startups innovantes qui allient la gestion financière et les nouvelles technologies : c’est ce que l’on appelle le mouvement de la FinTech. Aux côtés de l’affacturage, de certaines applications mobiles permettant un meilleur suivi quotidien de sa trésorerie, des solutions de paiements intégrés, on trouve un nouveau service hérité des modèles anglos-saxons : le « barter » (que l’on peut traduire littéralement par « troc » en français). Le barter est une solution innovante de financement du Besoin en Fonds de Roulement.

Le recours à ce bon vieux système de troc permet de résoudre de façon pragmatique cette équation : utiliser les stocks (ou actifs inutilisés) de l’entreprise comme mode de paiement en permettant à celle-ci de trouver de nouveaux clients sur le réseau et, dans le cadre de l’échange, de financer en contrepartie certaines dépenses courantes de l’entreprise ou projets d’investissement.

Un mode de commerce innovant

C’est sur ces deux axes : meilleure allocation des actifs dits ‘dormants’ de l’entreprise d’un coté et achat sans sortie de trésorerie de l’autre que le réseau France Barter propose à ses membres de se mettre en relation dans une logique collaborative. Membre de l’association France Fintech, au même titre que Bolden, France Barter développe une solution innovante et efficace pour répondre aux problématiques de financement des TPE/PME. Le Barter (ou échange interentreprises) est un système de compensation centralisé permettant aux entreprises membres d’un même réseau de financer une partie de leurs achats sans toucher à leur trésorerie mais directement en échange de leur production.

FranceBarter700x466

Lancée en septembre 2014 la plateforme web de France Barter permet aux entreprises adhérentes de se référencer en ligne, de proposer leurs offres et de faire état de leurs besoins. Dès lors, elles accèdent à un compte dédié aux opérations d’échanges. Un animateur réseau est alors en charge de faciliter et d’accompagner les mises en relations avec les autres entreprises membres du réseau. Le crédit barter va alors leur permettre de régler, sans sortie de trésorerie, les factures de ventes et d’achats sur le réseau. Juridiquement, les échanges entre entreprises sont basés sur un échange de factures (ventes et achats payés par compensation).

Recevez les articles de Bolden directement par email :
Inscrivez-vous à notre newsletter #Finance, #Fintech et #PME !

Réduire le volume de vos stocks et supprimer les délais de paiement par le barter

Cette solution de financement est donc particulièrement efficace pour l’entreprise ayant des stocks qui pourra les échanger au même titre qu’une entreprise ayant une forte saisonnalité (hôtels, restaurants, billetterie…), qui pourra utiliser le barter pour booster ses ventes sur des périodes creuses.

Picture1

Suivant une croissance exponentielle, de nombreuses entreprises ont déjà rejoint le réseau en un peu plus d’un an et ce sont donc 400 entreprises membres du réseau d’échanges qui peuvent devenir vos clients ou vos fournisseurs. En effet, l’utilisation de cette monnaie d’échange qu’est le barter permet d’engager plus facilement des achats puisque cela limite les sorties de trésorerie. Une entreprise va pouvoir vendre une partie de ses stocks qui ne trouvent pas preneur sur le marché classique, via le réseau sans en dégrader la valeur. En réduisant ainsi ses stocks, l’entreprise conserve la valeur de ses produits, trouve de nouveaux clients et dégage des crédits barter pour des dépenses futures. Un bon point pour le bas de bilan.

Concernant les délais de paiement, France Barter apporte une solution radicale en s’engageant à créditer les comptes entreprises de façon instantanée dès réception de la facture. Ainsi une entreprise ayant vendu une prestation sur le réseau va pouvoir bénéficier de ses crédits dès la fin de sa prestation. Elle envoie alors sa facture à son client en envoyant une copie à la plateforme. La facture est l’outil obligatoire permettant ces échanges de marchandises ou de services entre plusieurs entreprises. Celle-ci doit être rédigée comme une facture classique mais doit présenter la mention « en compensation» afin d’enregistrer ce règlement qui attend une contrepartie (même non immédiate). Il y a aussi possibilité d’établir des paiements mensuels ou trimestriels qui se reconduiront sur la durée des contrats. Pour aller plus loin concernant la facturation par compensation, France Barter a d’ailleurs publié un article fort utile sur son blog que nous vous invitons à lire : « Qu’est-ce qu’une facture par compensation ? »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *