Uberisation economie
L’ «  uberisation » de l’économie touche aussi le secteur bancaire
9 avril 2015
crowdlending uk
Crowdlending : l’Angleterre en pleine effervescence
30 avril 2015
crowdlending interet composes

“Les petits ruisseaux font les grandes rivières”  popularisé par Antoine Furetière.les petits ruisseaux

Loin d’être un vieil adage, ce dicton prend tout son sens lorsque l’on souhaite rentabiliser ses économies.

Dans ce sens, investir une somme, même modeste, selon le principe des intérêts composés permet d’accroître son épargne dans le temps. Le crowdlending, en accroît encore les avantages, découvrez comment…

Intérêts  composés ou simples, quelles différences ?

La méthode de calcul des intérêts simples

Le calcul des intérêts simples est basé sur le capital placé durant une période définie. Elle dépend du produit financier et est généralement d’une année pour de l’épargne traditionnelle.

Les comptes à terme peuvent offrir des périodes plus courtes, ou plus longues, selon les cas. Mais le principe demeure le même, à savoir une rémunération calculée avec un taux sur une période définie.

Financez des PME françaises 
sur Bolden

Prenons l’exemple d’un livret A, dont le taux de rémunération est de 1%.

Si le détenteur place 10 000 euros durant une année civile complète, le rendement servi en fin d’année sera de 100 euros, soit 1 % du capital placé.

Dans le cas où le versement s’effectue en cours d’année, le rendement se fera au prorata du temps de placement.

Dans le cas des intérêts composés, le principe est différent.

La force de ce fonctionnement est que les premiers intérêts générés par le capital vont eux-mêmes produire immédiatement de nouveaux intérêts.

interets composesEn effet, contrairement à l’exemple précédent, les intérêts sont payés chaque période (mois, ou trimestres par exemple) et non à l’issue d’une longue période. Cela permet de les réinvestir immédiatement pour produire à nouveau des intérêts. L’effet de levier est puissant : des sommes pouvant paraître modestes de prime abord croissent dans le temps de manière conséquente.

Avec le Crowdlending, le financeur récupère chaque mois une part du capital investi dans un projet, avec des intérêts, ce qui n’est pas le cas des placements traditionnels.

Dès lors, le financeur pourra s’orienter sur un nouveau projet avec la somme ainsi récupérée, et donc percevoir de nouveaux intérêts non seulement sur la partie capital mais également sur les intérêts perçus. Le financeur fait ainsi fructifier son argent plus rapidement. Bien entendu, il est libre de réinvestir ou non les sommes récupérées.

Par exemple, en partant d’un capital de 10 000 euros, avec un taux d’intérêt de 5 %, vous obtiendrez une rémunération totale de 11 323 euros sur 5 ans.

S’ajoutent à cette somme, les intérêts que vous aurez à nouveau obtenu en replaçant les échéances que les porteurs de projet vous remboursent chaque mois.

Recevez la newsletter #Fintech, #Finance et #PME !

Concrètement :

Si vous finançez un total de 10 000 euros à 5 % sur 60 mois (5 ans), ce financement engendre un remboursement mensuel des porteurs de projet de 189 euros.

Cette première somme est perçue dès le mois suivant le début de l’opération.

Si vous replacez ce montant sur de nouveaux projets, vos 189 euros vont à leur tour produire dès intérêts dès le mois suivant, qui eux même pourront être replacés…

Au final, en replaçant systématiquement vos remboursements chaque mois, sur 5 ans, vous obtiendrez 2834 euros d’intérêts.

L’essence du Crowdlending

Lisser le risque par la diversification

Il faut toutefois préciser que cibler un rendement précis sur une durée n’est pas possible, dans la mesure où il existe un facteur risque, même réduit, de défaut de remboursement de la part du porteur de projet.
optimiser son epargne

Un investissement réparti sur plusieurs projets différents diluera ce risque.

A noter que les critères de sélection rigoureux des plateformes de Crowdlending atténuent ce risque.

Améliorer encore l’efficience du système

Pour optimiser  la puissance que confèrent les intérêts composés du Crowdlending, un versement complémentaire à l’investissement initial, même modeste, décuplera le rendement de l’investissement.

Vous pourrez dès lors accroître progressivement le capital d’investissement par ce nouveau versement qui se cumulera aux échéances remboursées chaque mois par le porteur de projet.

Avec un capital de départ de 1 000 euros et un taux d’intérêt de 5 %, voici une simulation du capital obtenu avec des versements mensuels et un réinvestissement systématique.

Versement mensuel 1 an 2 ans 5 ans 10 ans
50 Euros 1665.10 € 2364,24 € 4683,66 € 9411,12 €
100 Euros 2279,05 € 3623,53 € 8083,97 € 17175,24 €
150 Euros 2892,99 € 4882,83 € 11484,27 € 24939,35 €
200 Euros 3506,93 € 6142,13 € 14884,58 € 32703,47 €

La démonstration est sans équivoque, d’autant que l’on peut aussi noter toute la force des intérêts composés en analysant par exemple le capital détenu au bout de 10 ans avec des versements de 200€.

Le capital est alors de 32703 euros, qui est constitué de 1 000 euros de placement initial, et de 120 mois de versements (10 ans x 12 mois) à raison de 200 euros, soit 25 000 euros.

Les intérêts ont donc atteint 7203 euros (32 703 – 25 000) en 10 ans.

Sachez qu’à partir de 20 ans, les intérêts produits dépasseront le montant de vos dépôts, une durée qui bien sûr sera beaucoup plus courte si vous orientez vos financements vers des projets aux taux de rendement plus importants. Avec un taux d’intérêt à 8%, vous atteindrez ces résultats en 15 ans seulement.

 

Crowdlending : l’importance des taux d’intérêts

Crowdlending InteretEn comparaison de placements plus traditionnels, le crowdlending a également la particularité d’avoir des taux de rémunération supérieurs à l’inflation actuelle.

D’un point de vue financier, placer ses économies à des taux qui seraient inférieurs à ceux de l’inflation revient finalement à perdre de l’argent.

Le concept peut sembler « étrange » : vous avez 10 000 euros, vous pourriez acheter une voiture par exemple. Vous préférez placer la somme durant 5 ans, mais le taux de rémunération est inférieur à l’inflation (prenons 1,5 %, qui représente une bonne moyenne sur la dernière décennie en France). Au bout de 5 ans, votre somme ne suffira plus à acheter votre voiture, car l’inflation aura augmenté plus vite que ce que les intérêts vous auront rapporté et par conséquent le prix de la voiture augmentera en termes réels (si on estime que le concessionnaire prend en compte l’inflation dans son prix de vente).

Bolden, en offrant des taux de rémunération de 4 à 12%, vous prémunie de ce type de situation dans l’environnement actuel.

L’addition de taux de rémunération attractifs à l’effet cumulatif des intérêts composés font du crowdlending un choix opportun pour ceux qui veulent faire fructifier leur capital dans le temps.

En répartissant ses financements sur plusieurs projets pour réduire le risque, et en abondant régulièrement son compte, le crowdlending permet d’atteindre de très bons rendements dans le temps.

2 Comments

  1. Wallaert dit :

    Très intéressante démonstration. Mais il manque un mot si important dans notre pays: la fiscalité. Ensuite, les prévisions alléchantes ne tiennent pas compte d’une hypothèse de risque qui viendrait considérablement réduire le rendement. Ca serait intéressant de voir les résultats post fiscalité et post risque. Merci d’avance!

    • Cher M. Wallaert,
      Merci pour l’intérêt que vous portez à cet article. Pour vous répondre, reprenons l’exemple de l’article suivant : un financement de 10.000 € à 5% sur 60 mois (5 ans).
      La mensualité sera fixée à 189 €, ce qui correspond à une annuité de 2268 € (fixe tout au long du remboursement). Cette annuité se compose du remboursement du capital (1806 € la première année, montant qui augmente les annuités suivantes) et du paiement des intérêts (462 € la première année, montant qui réciproquement diminue au fil du temps).
      Étudions donc ces 462 € d’intérêts (bruts) versés la première année. L’impact du risque correspond à la probabilité de défaut (1,30% en moyenne pour les PME françaises en 2014, source Banque de France) multipliée par le capital restant dû (ce que vous risquez de perdre). La première année le coût du risque est donc maximal, puis diminue au fil du remboursement de votre capital. On passe ainsi d’une coût du risque de 1,30% * 10.000 = 130 € la première année, à un coût de 1,30% * (10.000 – 1806) = 107 € la deuxième année… et en dernière année à un coût de 29 € seulement ! A noter que ce coût du risque est hypothétique, et que notre rigoureuse méthode de sélection des entreprises a pour but de diminuer le risque de défaut.
      Enfin, l’impact de la fiscalité. Le taux d’imposition est celui de l’impôt sur le revenu et dépend de vos revenus si vous percevez plus de 2000 € d’intérêts par an ; dans le cas contraire il est de 24%. Pour faciliter le calcul, considérons que le taux est de 24% dans tous les cas, auquel s’ajoutent des prélèvements de 10,4% (prélèvements sociaux de 15,5% – 5,1% de CSG déductible). Ainsi la première année, la fiscalité représente 34,4% * 462 = 159€. Le montant diminue au fil du temps, puisque le montant d’intérêts perçus diminue également (cela n’impacte pas la mensualité que vous recevez, qui rappelons-le est constante).
      Ainsi le résultat post risque et post fiscalité de la première année est de 462 – 159 – 130 = 173€.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *