[Histoire d’entrepreneur] Savoir Faire de France revient sur son expérience Bolden

C. CARON Table d'Antan
[Histoire d’entrepreneur] La Table d’Antan
29 septembre 2015
fintech angleterre
Le marché des Fintech en Angleterre
7 octobre 2015

Le projet Savoir Faire de France vous a fait vibrer cet été. Il est désormais financé, l’occasion de revenir sur cette campagne avec Patrice Gauthier, fondateur de la PME.

Pouvez vous présenter votre activité ?

boutique souvenir versaillesNous avons créé Savoir Faire de France en 1997. A l’origine, notre volonté était de valoriser l’artisanat français et le Made in France. Nous avons commencé par créer des spécialités gourmandes personnalisées pour le Château de Versailles, avec comme base les productions émanant du potager du château. L’établissement revendait ensuite nos créations dans ses boutiques de souvenirs. L’engouement médiatique a été tel que d’autres établissements comme le Château de Vaux le Vicomte ont fait appel à nous. Aujourd’hui, nous proposons à nos clients des spécialités françaises gourmandes (calissons, nougats, chocolats,…) personnalisées du contenu au packaging. Notre clientèle est principalement composée d’hôtels (qui offrent nos produits à leurs clients) et d’établissements touristiques (qui revendent nos créations dans leurs boutiques de souvenirs).

La newsletter #Finance, #Fintech et #PME !

Quelles étaient vos motivations pour devenir entrepreneur ?

Avant de devenir entrepreneur, j’ai évolué dans plusieurs secteurs comme l’informatique, le consulting, le culturel,… Fort de ces expériences enrichissantes, j’ai souhaité réaliser mon rêve en devenant créateur de ma propre entreprise. Ma volonté était de m’épanouir dans un nouveau projet qui me tenait à coeur. La valorisation et la défense de l’artisanat français faisait partie intégrante de mon projet. Je voulais faire de Savoir Faire de France le porte parole des artisans.

Bandeau1

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez été confrontés ?

Nous avons rapidement été confrontés à la réalité du terrain. De nombreux ajustements sur notre business plan ont dû être effectués.

unnamedDu fait de notre partenariat avec le Château de Versailles, nous avons bénéficié d’une couverture médiatique immédiate à laquelle nous n’étions pas vraiment préparés. Des défauts de logistiques, d’organisations nous ont empêché d’assurer les commandes qui affluaient. Nous étions démarchés par des particuliers, des chaînes de grandes distributions, des entreprises,… Nous avons dû faire des choix, nous positionner, et adapter nos produits à notre clientèle. Aujourd’hui nous souhaitons faire évoluer notre offre en créant un site internet où nos clients pourront commander leurs produits directement en ligne.

Pourquoi avez-vous fait appel au crowdlending pour financer votre projet ?

C’est le principe du crowdlending qui m’a attiré. A mon sens, les plateformes de crowdlending donnent la possibilité à des particuliers, à des consommateurs de devenir acteurs de l’économie française. Les plateformes montrent aux consommateurs qu’ils ont un rôle à jouer dans le soutien de l’économie. Cette notion de rapprochement entre consommateurs et entreprises est très intéressante et novatrice. A l’avenir, ce moyen de financement est voué à devenir incontournable.

Comment avez-vous connu Bolden ?

J’ai connu Bolden sur un annuaire qui référence différentes plateformes. Je me suis ensuite renseigné sur toutes ces plateformes via leur site internet et leur blog.  

Pourquoi avoir choisi Bolden ?

logoboldenLe système simple et tout en souplesse de Bolden m’a convaincu. L’approche est saine et adaptée à une petite entreprise comme Savoir Faire de France. L’équipe de Bolden a su poser les bonnes questions, comprendre notre projet et s’y adapter. Nous avons bénéficié d’un accompagnement sérieux et professionnel de la part des analystes financiers qui nous ont aidé à définir les paramètres de l’emprunt. Nous avons senti une équipe investie et disponible, le contact humain est important dans cette situation.

Comment avez-vous promu la campagne ?

A notre échelle, nous avons envoyé 2 emailings : le premier pour faire connaître le projet à notre cercle proche, famille et amis. Puis le second à notre cercle professionnel. Suite à cette action, j’ai reçu des appels téléphoniques de proches qui souhaitaient en savoir plus sur le projet. J’ai été touché, le crowdlending a des vertus fédératrices !

Financez la croissance de votre entreprise ! 
Faites appel au crowdlending pour financer votre projet.

Le projet est désormais financé, où en êtes-vous dans son exécution ?

2015 est pour Savoir Faire de France l’année de l’expérience ! Nous passons à une autre étape, nous innovons et donnons un nouveau souffle à notre catalogue.

Nous sommes actuellement en recherche d’un prestataire pour la création de notre nouveau site internet. Puis nous allons bientôt recruter la personne qui sera charger d’animer le site et d’améliorer notre visibilité sur Internet et pourquoi pas sur les réseaux sociaux. Cette personne aura un rôle capital dans notre nouveau projet.

equipe sff

Quelques mots pour les financeurs ?

Je tiens à les remercier pour leur geste et pour l’intérêt qu’ils ont porté à notre entreprise. Grâce à eux, Savoir Faire de France va avancer et innover. Ils n’ont pas seulement financé une PME, ils ont participé au financement et au soutien de l’économie française.

Pour conclure, Bolden en un mot ?

Incontournable !

Nous souhaitons à Savoir Faire de France toute la réussite possible pour leurs projets. Merci à Patrice Gauthier d’avoir accepté de répondre à nos questions ! Vous pourrez bientôt découvrir le nouveau site de Savoir Faire de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *