Plan de financement : définition, explication, mécanisme

Indispensable lors d’une création d’entreprise, le plan de financement établit la liste des dépenses et des ressources de l’entreprise au moment de son lancement. Quelle que soit la méthode de financement pour laquelle l’entrepreneur opte, ce dernier doit présenter ce document à ses éventuels financeurs (banques, particuliers via un financement participatif etc.). Qu’est-ce qu’un plan de financement ? Comment le construire ? Quel est son but ? Quelle est la différence entre plan de financement initial et prévisionnel ? Autant de questions auxquelles nous répondons à travers cet article.

Plan de financement

Le plan de financement : Définition, explication

Un plan de financement est un document prévisionnel prenant la forme d’un tableau. Celui-ci recense l’ensemble des besoins de financement d’une entreprise et les ressources pour financer ces besoins. Il est à noter que les entreprises de plus de 300 salariés ont l’obligation légale de réaliser un plan de financement. Il en va de même pour les sociétés dont le chiffre d’affaires est supérieur à 18 millions d’euros. Bien que le plan de financement soit obligatoire pour les entreprises importantes, c’est aux entreprises en cours de création qu’il est le plus indispensable. Dans ce cas précis, il prend le nom de plan de financement initial. C’est ce document-là qui nous intéressera particulièrement tout au long de cet article.

Recevez la newsletter de Bolden ! #Fintech, #Finance #PME 

Le plan de financement initial est composé de deux éléments :

  1. Les besoins permanents de l’entreprise : il s’agit des dépenses indispensables au lancement de l’entreprise. Parmi celles-ci, on recense :
  • Les investissements (immobiliers, incorporels ou encore corporels) : fonds de commerce, machines, licence, brevet, etc.
  • Les immobilisations financières : caution de loyer, garantie, etc.
  • Le besoin en fonds de roulement ou BFR (stock + clients – fournisseurs)
  • Les sommes immobilisées pour un usage immédiat : trésorerie, achat courant, etc.
  1. Les ressources durables de l’entreprise : c’est l’ensemble des moyens garantissant un financement pérenne des besoins durables. On y retrouve notamment :
  • Le capital apporté par le fondateur ou les associés
  • Le capital apporté par des investisseurs externes
  • Les emprunts
  • Les subventions
  • Etc.

Le plan de financement, à quoi sert-il ?

Permettant de connaître les dépenses nécessaires au lancement d’une nouvelle entreprise et les ressources qui lui seront allouées, le plan de financement est un document indispensable à la définition de son business plan. De plus, il permet aux investisseurs d’avoir des éléments de réponse concernant plusieurs questions :

  • Quelle est l’ampleur du financement ?
  • Est-ce que le projet de création d’entreprise est financé de manière correcte, réaliste et équilibrée ?
  • Quelle est l’étendue des risques pour un financeur souhaitant investir dans ce projet ?
  • Les besoins à court terme sont-ils couverts par des ressources à court terme ? Tout comme les besoins durables par des ressources durables ?

Feel free to use this image, just link to www.SeniorLiving.Org

L’ensemble de ces éléments permettra de répondre à LA grande question qu’une banque ou qu’un éventuel investisseur se pose : le projet est-il viable ? En effet, si la création d’entreprise semble risquée ou si, par exemple, les besoins sont supérieurs aux ressources, tout laissera à penser qu’il est préférable de ne pas investir. Dans le cas où le projet de création d’entreprise est viable, le financeur s’intéressera aux éléments présents dans le plan de financement afin de déterminer son propre apport. Nous reviendrons plus en détails sur ces éléments par la suite.

Plan de financement initial et prévisionnel, quelles différences ?

Le plan de financement initial, tout comme le plan de financement prévisionnel, est indispensable lors d’une création d’entreprise. En effet, ces deux documents permettront de déterminer la viabilité d’un projet. Tout comme le plan de financement initial, le prévisionnel se compose des ressources et des besoins. Cependant, ce dernier document s’y intéressera sur une période plus longue, généralement de trois ans.

Le plan de financement prévisionnel reprendra les éléments du plan de financement initial, mais fera apparaître plusieurs données supplémentaires :

  • Les nouveaux besoins et ressources de chaque début d’année
  • La variation du besoin en fonds de roulement : un BFR négatif à la fin de l’année deviendra une ressource, tandis qu’un BFR positif sera un nouveau besoin à financer
  • La capacité d’autofinancement ou CAF : il s’agit du flux de trésorerie théoriquement encaissé à la fin de l’année

Plan de financement

Bien qu’il soit particulièrement spéculatif, le plan de financement prévisionnel est également un indicateur intéressant. En effet, il permet de définir encore un peu plus précisément la viabilité d’un projet. Dans le cas où il démontrerait un financement déséquilibré par exemple, il apparaitrait clairement que la création d’entreprise doit être repensée. Il peut également se montrer utile pour jauger le business plan choisi par l’entrepreneur. Le plan de financement pourrait notamment indiquer si le projet est trop ambitieux dans la durée et donc s’il est nécessaire de le retravailler. Certes, le plan de financement initial pourrait laisser supposer que le projet est viable à un an. Cependant, avec le plan de financement prévisionnel, il est possible de démontrer si c’est le cas à trois ans.

Attention à ne pas confondre plan de financement et tableau de financement ! Ce dernier terme fait référence aux flux de trésorerie des ressources dégagées et des besoins mobilisés au cours d’une année. En analysant les variations de ces deux flux, il est possible d’anticiper l’évolution de l’entreprise et ainsi d’entreprendre de nouveaux investissements en conséquence.

Exemples de plans de financement initial et prévisionnel

Retrouvez deux exemples de plans de financement purement fictifs :

  1. Plan de financement initial :
BESOINS RESSOURCES
1.  Frais de démarrage 45 000 1.  Apport en capital du fondateur 59 000
2. Immobilisations incorporelles 0 2. Apport en capital extérieur 45 000
3. Immobilisations corporelles 39 000 3. Prêt d’honneur 0
4. Immobilisations financières 9 000 4. Prêt à la création d’entreprise 7 000
5. Stocks 31 000 5. Subvention 2 000
6. Trésorerie 5 000 6. Emprunt 16 000
TOTAL

BESOINS

129 000 € TOTAL

RESSOURCES

129 000€
  1. Plan de financement prévisionnel :
EXERCICE 1 2 3
Besoins
Investissements 13 000 0 0
Variation du BFR 50 000 21 000 12 000
Remboursement d’emprunts 0 0 0
Dividendes 0 0 0
TOTAL BESOINS 63 000 21 000 12 000
Ressources
CAF 5 000 15 000 20 000
Augmentation de capital 30 000 0 0
Nouveaux emprunts 30 000 0 0
TOTAL RESSOURCES 65 000 15 000 20 000
ÉCART (Ressources – besoins) 2 000 – 6 000 8 000

Ce qu’il faut savoir pour un plan de financement réussi

Comme nous l’avons vu, le plan de financement est un indicateur particulièrement utile pour convaincre un financeur d’investir dans son projet de création d’entreprise. Pour y parvenir, il est important de garder plusieurs conseils à l’esprit :

Découvrez Bolden
Plateforme de financement participative pour PME
  • Les ressources durables doivent au moins être égales aux besoins durables : dans le cas contraire, il vous faudra diminuer vos besoins ou trouver un investissement supplémentaire
  • Les capitaux apportés par le fondateur sont déterminants : plus ils sont importants, plus le créateur d’entreprise démontre sa motivation aux investisseurs éventuels
  • Il est préférable de conserver des finances personnelles et/ou de la trésorerie : une pratique primordiale dans le cas d’un plan de financement trop optimiste

plan de financement exemple

  • Il ne faut pas sous-estimer ses besoins de financement : il sera plus compliqué d’obtenir un second prêt ou une nouvelle solution de financement si ceux-ci ne sont pas prévus
  • Il faut impérativement construire plusieurs scénarios : avec trois plans de financement – optimiste, normal et pessimiste – vous serez en mesure d’anticiper toute situation inattendue (perte d’un client, augmentation des charges etc.).

Avant de se lancer dans une création d’entreprise et donc dans l’élaboration d’un plan de financement, il est aussi important de connaître les pratiques des banques et des éventuels investisseurs. Dans le but de diminuer leur prise de risque, les financeurs :

  • Investiront rarement plus de fonds que le fondateur
  • Ne financeront ni le BFR, ni les investissements corporels
  • Ne soutiendront aucun projet dont la CAF sur les trois premières années est inférieure à l’endettement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *