Faire connaitre son projet de crowdfunding en 5 étapes
11 juin 2015
Crowdlfunding en Europe
Etat des lieux du marché européen du financement participatif
2 juillet 2015

L’histoire du financement participatif aux Etats-Unis

crowdfunding-etats-unisLe crowdfunding est une forme d’économie collaborative qui permet d’obtenir des fonds sans passer par les intermédiaires traditionnels. Il est né aux Etats-Unis en 1875 : la première campagne de récolte publique de fonds eut lieu pour financer la construction de la statue de la liberté à New York ! Le Congrès américain refusa d’allouer des fonds à la construction du piédestal et c’est donc Joseph Pulitzer, le fondateur du journal « New York World », qui lança une campagne de crowdfunding auprès des classes américaines aisées pour financer l’ouvrage.

C’est Internet qui lança réellement le concept de crowdfunding en permettant la création de plateformes web de mise en relation. Le premier site de financement participatif, ArtistShare, également label de musique, est apparu en 2003. C’est en effet dans le domaine culturel que le crowdfunding s’est d’abord développé, autour de l’idée simple que les fans d’un artiste financeraient son album. Dès 2005 est apparu un nouveau type de plateforme avec la naissance d’EquityNet, permettant à des start-ups et des entreprises de lever du capital auprès des investisseurs. Les plateformes se sont ensuite multipliées, les plus connues, IndieGoGo et Kickstarter, ayant respectivement vu le jour en 2008 et 2009.

Plateformes-crowdfunding-americaines

Le marché du crowdfunding a pris son envol après la crise américaine des subprimes à l’automne 2008. Les établissements financiers américains ayant perdu l’équivalent de 90 milliards de dollars selon un rapport de l’OCDE, les conditions d’accès au prêt et à l’investissement se sont considérablement durcies. Les années 2008 et 2009 ont donc vu la création de nombreuses plateformes de crowdfunding, permettant aux entrepreneurs, start-ups et petites entreprises de lever des fonds plus facilement.

Le cadre légal américain autour de la finance participative

crowdfunding-loi-etats-unisAux Etats-Unis, les plateformes de crowdfunding doivent être enregistrées auprès de la « Securities and Exchange Commission », plus connue sous son acronyme, la SEC. Cette commission est chargée de garantir la sécurité du transfert d’argent sur de telles plateformes. En général, elles sont considérées légales si on peut leur appliquer le Test d’Howey: c’est-à-dire, si les investisseurs contribuent à un projet en vue de profits potentiels uniquement liés au travail du bénéficiaire (en savoir plus sur le test d’Howey).

Il y a trois ans, le troisième titre du « JOBS act » voté par le Congrès américain a démocratisé le crowfunding dit « equity » en permettant à tous les citoyens d’investir dans des start-ups et des petites entreprises. Ce type de pratique était auparavant réservé aux investisseurs certifiés.

Recevez la newsletter #PME, #Finance et #Fintech ! 

Les deux types d’acteurs sur le marché américain du financement participatif

 On distingue les plateformes de prêt (« lending ») et les plateformes de prise de participation (« equity »). Dans le premier cas, des particuliers prêtent de l’argent à une entreprise et réalisent des bénéfices avec les intérêts (c’est le cas de Bolden par exemple). Dans le deuxième cas, des investisseurs prennent des parts dans la start-up qui cherche à lever des fonds.

equity-etats-unisParmi les plateformes de type « equity », on trouve ainsi EquityNet, qui a été utilisée par plus de 45 000 entrepreneurs et investisseurs. Elle a permis de lever plus de 240 millions de dollars aux Etats-Unis, en permettant aux investisseurs de récolter des royalties sur leurs investissements.

angellist-crowdfundingLa plateforme AngelList permet d’investir spécifiquement dans des start-ups lors de leurs tous premiers pas, en échange de parts. Elle permet également de recruter et de candidater à des incubateurs. Sur cette plateforme, les start-ups lèvent en moyenne 10 millions de dollars auprès d’investisseurs qui peuvent être aussi importants que Google Ventures ou Andreessen Horowitz.

Les plateformes de type « crowdlending » s’adressent plutôt à des entreprises déjà créées, qui souhaitent développer leurs produits ou services, acheter du matériel ou lancer une nouvelle activité. Elles s’adressent généralement à des particuliers, qui prêtent de l’argent et reçoivent des intérêts, plutôt qu’à des investisseurs.
lendingclub-etats-unisLa plateforme de « lending » la plus connue, Lending Club, a déjà fait circuler 7 milliards de dollars. Les entreprises peuvent emprunter jusqu’à 300 000 dollars, à des taux d’intérêts débutant à 5,9% et remboursables en un à cinq ans. 

Le financement participatif pour les PME

Contrairement à ce qu’on pourrait penser de prime abord, le crowdfunding ne s’adresse pas qu’aux porteurs de projet individuels et aux artistes. Les entreprises, et notamment les petites et moyennes entreprises, sont nombreuses à s’en servir pour lever des fonds qu’elles peinent à obtenir à travers les intermédiaires habituels. L’effet de la crise des subprimes se ressent toujours : selon l’étude Terms of Business Lending de la Federal Reserve, les banques ont resserré leurs critères de prêts, rendant plus difficile l’accès aux crédits pour les petites entreprises. Le nombre de banques a également diminué, ce qui laisse moins d’options aux petites entreprises pour obtenir un crédit. Il est donc naturel qu’elles se tournent vers le crowdfunding.

Le prêt aux petites et moyennes entreprises via des plateformes de crowdfunding est d’ailleurs recherché par les particuliers, puisqu’ils bénéficient ainsi souvent de taux d’intérêt avantageux. Sur Funding Circle par exemple, 8 000 entreprises ont déjà reçues des prêts pouvant aller jusqu’à 500 000 dollars à un taux démarrant à 5%, de la part de 40 000 investisseurs. Pour un particulier, c’est donc une bonne façon d’investir son argent.

Prenez en main votre Économie !
Sur Bolden, prêtez à une PME française, contre intérêts.

Prêter aux petites entreprises leur permet de développer leur activité et d’embaucher plus. Les sites de crowdlending spécialisés l’ont bien compris et ont joué sur cet aspect auprès des législateurs. Ils se sont investis dans la mise en place de la législation JOBS Act pour que les particuliers aient le droit de participer au financement.

obama-crowdfundingEn 2012, 1,6 milliard de dollars ont ainsi été levés aux Etats-Unis. Les jeux vidéo et la technologie attirent les plus gros montants : plus de 900 jeux vidéos ont vu le jour pour un total de 83 millions levés, et plus de 300 projets technologiques pour 29 millions levés. Les Etats-Unis sont leaders dans le domaine du crowdfunding avec 59% des sommes levées au niveau mondial, et c’est un véritable phénomène de société puisque même le président Barack Obama en parle régulièrement. Sa dernière campagne a d’ailleurs été financée à hauteur de 150 millions de dollars par le crowdfunding.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.